Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
114
la mer


Quand le marin arrive,
Il trouve en dérivant
Leur proue éveillative,
Les deux bossoirs au vent.

Chantons des quilles, etc

Leur carène gentille,
Qui navigue au plus près,
Montre par l’écoutille
La soute aux vivres frais.

Chantons des quilles, etc

Leur nase est une guibre,
Leur œil un écubier ;
L’arrière est de calibre,
La pompe est sans pompier.

Chantons des quilles, etc

C’est un joli navire
Qui vire à l’abandon.
Mais jamais ne chavire
Que sur fond d’édredon.

Chantons des quilles, etc

Il a mât de misaine,
Artimon et beaupré.