Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
292
la mer

Un vin pur qui plus tard devienne du vin vieux,
Et puisse aux temps futurs, si nous en sommes dignes,
Témoigner du bouquet qu’eut le sang de nos vignes.

*


Béni soit le gouffre amer
De la mer !
Louange à la vase immonde
Qu’elle fut au jour premier.
Saint fumier
D’où sort en fleurs notre monde !

Longtemps le globe avait dû,
Bloc fondu
Gros de vapeurs et d’effluves,
N’avoir pour forme et pour but
Que le rut
Des Etnas et des Vésuves.

Longtemps l’orbe aérien
Ne fut rien
Sur ces laves refroidies
Qu’un tas de gaz allumé
Consumé
Par ses propres incendies.