Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
la mer

Comme une trombe de ténèbres ;
Et là, le chef droit sur le col,
Ils arrêtent d’un coup leur vol.

À les voir ainsi par la grève,
Debout, l’oeil fixé sur les eaux,
Ils donnent l’illusion brève
Que ce n’est plus là des oiseaux.
Mais des philosophes qu’un rêve
Immobilise sur la grève.

D’un pas grave et sacerdotal,
D’une allure de patriarche,
Sans secousse ni saut brutal,
Bientôt ils se mettent en marche.
On dirait que d’un piédestal
Chacun descend, sacerdotal.

Ils vont, très lents, et quand des choses
Accrochent leurs yeux en passant,
Pour les voir ils prennent des poses
Pédantesques, puis, croassant,
En savants hérissés de gloses
Ils se disent entre eux des choses.

Ils ont le verbe caverneux.
Tels des Sibylles et des Mages
Dénouant les mystiques nœuds