Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
marines

D’un problème et rendant hommages
À l’oracle qui parle en eux
Comme en un temple caverneux.

Mais dès qu’ils voient une charogne,
Bonsoir tenue et gravité !
Leur marche danse. Leur voix grogne.
L’équilibre désorbité,
L’aile battante en bras d’ivrogne,
Ils s’affalent sur la charogne.

C’est leur paradis là-dedans.
Le clou de leur bec droit lacère
Ces haillons visqueux et pendants
Qu’ils éparpillent de la serre,
Avec des cris brefs et stridents,
Ceux-ci dessus, ceux-là dedans,

De pourriture ils font ribote.
Parmi la sanie et les vers
Ça rit, ça braille, ça jabote.
Dans les jus épais, noirs et vers,
Ça patauge jusqu’à mi-botte.
Les croque-morts sont en ribote.

Car ils la boivent, les corbeaux.
Cette chair flasque et corrompue.
Ils l’ingurgitent par lambeaux.