Page:Richet - Traité de métapsychique.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


HISTORIQUE 31

Les savants notamment se refusèrent à admettre l'authenticité des phénomènes, et, pour expliquer le fait incontestable des tables tournantes et des raps, ils ont imaginé des hypothèses assez com- pliquées, et des explications parfois très exactes, parfois très sub- tilement erronées.

A cette époque, en ellet, c'est-à-dire vers 1854, ou ignorait à peu près complètement le phénomène des mouvements inconscients assez bien connus aujourd'hui. C'est Caiivurcur, qui a eu le grand mérite de les expliquer et d'eu donner une interprétation ingé- nieuse, rationnelle 1 . Celte théorie de Chevreul fut appuyée par Babixet 2 , Faraday 8 , Carpentkr, et en général par tous les physio- logistes et les physiciens.

De fait l'étude des tables tournantes est une des plus difficiles de la métapsychique objective ; car rien n'est plus malaisé que de déterminer la part de l'inconscient dans les mouvemeuts oscilla- toires de la table. La bonne foi des assistants n'est pas douteuse, mais évidemment ils ne peuvent être ni conscients ni responsa- bles de coutractions musculaires inconscientes et involontaires. Aussi la preuve qu'il y a mouvement de la table sans contraction musculaire ne put-elle être alors faite d'une manière rigoureuse.

De même pour les raps. Un physiologiste émiuent, M. Schiff, fit sur lui-même une expérience singulière. Il prouva qu'en déplaçant par une contraction musculaire le tendon du muscle péronier laté- ral il pouvait faire entendre un craquement, tout à fait compa- rable aux raps que produisent les soi-disant esprits. Cette explica- tion enfantine, qui fait aujourd'hui sourire, trouva bon accueil auprès des savants d'alors, qui n'avaient probablement pas entendu les raps qui font vibrer le bois d'une table, bruits parfois retentis- sants, parfois rythmés musicalement, alors que les craquements

1. Chevi>eul, De la, baguette icoire, du pendule explorateur, et des tables tournantes. Paris, 18-34.

2. Babinet, Etudes et lectures sur les sciences d'observation, Paris, 1856. — Car- I'K.nter, Principles of mental physiology et psychological curiosities of spiritua- lism (Pop. se. Monlkly, 1877, III, 128. — Faraday, The table turning delusion. Lance t, 1So3. — Cumbf.iu.and, Fraudaient aspects of spirituulism, Journ. of mental science, 1881, XXVII, 280-628. — Moiun (M. -S.), Le magnétisme et les sciences occultes, Paris, 185u.

3. Voir sur les travaux de Faraday le réc.pnt article de Fr. Grûxewald, Faraday ùberd. Tischrticken. Paych. Stud;, 1920, XLVIT, toi, 298,293

�� �