Page:Richet - Traité de métapsychique.djvu/575

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sieurs, presque tout un système de filaments en forme de filet qui entourent l’objet qui est à mouvoir (Schrenck).

Schrenck-Notzing a pu donner (planche V, voy. p. 547) un agrandissement de ce fil fluidique photographié. Il penche à croire qu’il y a un faisceau de fils, tandis que pour Oghorowicz c’est plutôt par une sorte d’adhésion à l’objet que le fil fluidique est capable d’exercer une action mécanique.

Les observations que Schrenck a faite avec Willy sont tout à fait en accord avec ce que nous ont donué Stanislawa et Eusapia.

Avec un contrôle rigoureux, Willy étant revêtu d’un vêtement de tricot lacé derrière le dos, que Schrenck avait apporté. Les phénomènes qu’il a produits furent tout à fait analogues à ceux que présentent d’une part Marthk Béraud, d’autre part Eusapia. Une main se faisait, sentir à tous les assistants, et déplaçait les objets voisins, encore que les mains de Willy fussent soigneusement contrôlées, et le contact pouvait en être senti avant qu’elle ne fût visible. Cette main avait toutes les apparences d’une main vivante. Elle semblait froide et humide, à peau un peu rugueuse, manifestement plus grande que la main de Willy. Quelquefois les doigts étaient en forme de moignons. Dans un cas il fut essayé de faire soudainement la lumière. Alors un tissu blanc qui s’était formé autour du cou du médium disparut rapidement en faisant des mouvements de reptation comme un ver, dans le tricot noir dont Willy avait été revêtu. Le soin avec lequel le médium avait été exploré rend absolument impossible l’hypothèse que des tissus avaient été frauduleusement apportés (dans la maison de Schrenck), D’ailleurs ces tissus ectoplasmiques avaient la singulière propriété de se mouvoir spontanément (!!) Dans un cas on put mettre un fragment de ces tissus dans un tube : il remua avec vivacité pendant quelque temps, puis disparut subitement. {Am 10 janvier 1920 halte Kap. K. einen Teil der Substanz bereits in einem Rôhrchen auf- gefangen. Dasselbe bewegte sich innerhalb des Glases lebhaft und verschwand blitzartig schnell, als der Beobachter die Rôhre zu schliessen versuchte). —

Les expériences de Cuawford, quoique étant d’une lecture diffi- cile, ^montrent, mieux que tout ce qui avait été écrit jusqu’ici, l’étroite relation qui unit la télékinésie et l’ectoplasmie. Toutes

�� �