Page:Rictus - le Cœur populaire, 1920.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cric, crac… J’ m’ai filé
dans l’appartement,
et hop ! j’ai serré
la Vieille lisant.


« Rrrâh !… » a veut r’nâcler !
— « Gueulez pas, Moman ! »
Mais all’ me gratigne
et me mord au sang.


Crott’ ! j’ai pus r’gardé,
j’ai foncé dedans,
et j’ vous l’ai emm’née
tout comme un bêlant.


Choppe un égledon,
Yi fous dans les dents,
et j’ m’allonge ed’ssus
un petit moment.