Page:Rictus - le Cœur populaire, 1920.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ah ! la vieill’carcasse,
ah ! le vieux carcan !
Comme y ressautait
son vieux Palpitant.


Riboule des châsses
la Vieille râlant
et pis… c’est gagné :
la v’là qui s’ détend.


Lardé les puciers
faussé les meublants,
riflé ses talbins
et ses frétillants.


Vrai, moi que j’ f’rais pas
d’tort à eun’ volaille,
c’était du travail
pour un débutant.