Page:Rictus - le Cœur populaire, 1920.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les garçons d’mon poil
y leur faut d’la cuisse
du treffe et du caire,


car c’est pas malin
de n’pas tourner pègre
quand qu’on a l’ventr’ plein,
le morlingue au pèze,


et ça d’pis toujours.