Page:Rivière - Recueil de contes populaires de la Kabylie du Djurdjura, 1882.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par habitude, afin qu’ils n’aient pas à se battre. Deux des trois que tu as vu jouer, ont un tiers pour les séparer. Le mouton qui frappait le rocher avec ses cornes, signifie l’ancien temps où les mauvaises familles régnaient sur les bonnes, où les hommes corrompus commandaient aux honnêtes gens. Le village que tu as trouvé abandonné, ne renferme rien de bon ; les habitants de ce village que tu as trouvés jouant à thiqar, sont bons ; il n’y a dans ce village aucun homme mauvais. Le vieillard est l’image d’un homme qui achète une honnête femme dans une honnête maison, l’enfant est l’image d’un homme qui achète une femme mauvaise dans une mauvaise maison. »