Page:Rocca de Vergalo - La Poëtique nouvelle, 1880.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Paris, le §4 juin 1879.

Monsieur,

J’ai reçu jeudi dernier votre beau livre et je viens vous remercier de votre aimable envoi.

Je l’ai lu avec le plus grand intérêt et j’espère que la critique indiquera aux délicats cette poësie à saveur originale et étrange. J’espère aussi que vous en tirerez gloire et profit, et que les mauvais jours tirent à leur fin. Le cadre est digne de la poësie, la poësie est digne du cadre. Vous avez fait avec Lemerre une belle œuvre qui durera, tant que durera le goût des belles choses.

Je vous réitère tous mes compliments et mes remerciements et je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments bien sympathiques.

M"« M.... H.... M....

Gand, le 26 octobre *87P.

Mon Cher Confrère Et Ami,

J’ai lu et relu votre volume Les Feuilles du Cœur ; pour le moment, je ne veux rien vous en dire et je ne ferai aucune comparaison avec votre dernier recueil, car les vers, je ne les juge que lorsque je les sais par cœur. Je relirai votre œuvre bientôt ; mais, dès aujourd’hui, je puis vous donner mon humble avis sur Le Livre des Incas.

Vous dira que j’ai trouvé vos vers admirable» et borner là