Page:Rochat - Réponse à l'écrit anonyme intitulé- de la formation des églises.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de nous en ce point, puisque en d’autres endroits de sa brochure, il dit que c’est une grande grâce, si Dieu suscite au milieu de ses enfans des Pasteurs, et qu’il faut les reconnaître. — Pourquoi donc lancer ici cette phrase imprudente, dans laquelle il avance, que « le Saint Esprit est le seul gouvernement de l’Église ? » L’auteur ne sait peut-être pas que bien des gens s’autorisent de phrases comme celle-là qui, dans le fond, sont inexactes, pour s’élever contre toute soumission à ceux dont la surveillance les gêne, en disant : Je ne reconnais que le Saint Esprit pour directeur de l’Église, et que le Grand Pasteur des âmes pour mon Pasteur.

Suivant l’auteur, « l’Église reconnaît chacun de ceux que le Saint Esprit envoie, selon le don qu’il a reçu, et cela avec actions de grâces, envers Celui qui par ce don, rend tel ou tel frèrele serviteur de tous. » — À la place du mot reconnaît, mettez le mot choisit, nomme ou établit, et alors nous serons d’accord, et vous le serez avec la Parole qui parle de choix et d’établissement. Ne soyons pas plus sages qu’elle ; et si elle a voulu qu’on reconnût les dons par un choix ou par une nomination ; n’allons pas par un esprit de système, nous coller au mot reconnaître, et ne vouloir pas passer au-delà. D’autant plus que dans le fond, ce mot reconnaître, pour lequel on a tant de prédilection, ramène toujours chaque membre de l’Église individuellement à confronter avec le modèle donné par la Parole, tel ou tel qui se manifeste comme ayant les dons de Pasteur ou de Diacre.