Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
98
SOIRS DE PROVINCE


Devant l’eau jaunâtre et malade
Ils s’accoudent aux garde-fous
Pour suivre la verte enfilade
Des vieux saules dans les remous.

Pensifs de la joie en allée,
Ils se pressent les mains plus fort,
Songeant que la plus douce allée
Les achemine vers la Mort !


II



Pas d’amours ! malgré ma jeunesse !
Sans qu’aucune dans sa douceur
vienne atténuer ma tristesse
Et mon idéal obsesseur.

Seul s’en aller, faisant des lieues
À pas douloureux, à pas lents,
Pour entendre dans les banlieues
Chanter des chanteurs ambulants.