Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
206
LA LOÏE FULLER

C’est fini. Brusquement l’air est cicatrisé
De cette plaie en fleur dont il saigna. L’étreinte
De l’Infini ne nous dure qu’un court moment ;
Et l’ombre de la scène où la fresque fut peinte
Est noire comme notre âme, pensivement.


1897