Page:Rodenbach - La Jeunesse blanche, 1913.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66
PREMIER AMOUR

Se rejoignent de loin dans le soir qui s’endort ;
Lune qui réunis comme une cage d’or
Les regards éloignés d’un couple qui se pleure
Et qui le fait en toi se retrouver une heure,
Toi, la blanche immortelle, oh ! dis-moi donc combien
Ma vierge absente souffre à te regarder bien !
Dis-moi qu’elle est aussi, pleurante, à sa fenêtre ;
Dis-moi qu’elle m’appelle aussi ; fais-moi connaître
Tout ce que dans le ciel fait monter son émoi ;
dis-moi qu’elle est encor à te parler de moi
En déroulant là-bas ses tresses parfumées…

Mais la Lune a gardé ses lèvres d’or fermées.