Page:Rodenbach - Le Règne du silence, 1901.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



VIII

Quelques vieilles cités déclinantes et seules,
De qui les clochers sont de moroses aïeules,
Ont tout autour une ceinture de remparts.
Ceinture de tristesse et de monotonie,
Ceinture de fossés taris, d’herbe jaunie
Où sonnent des clairons comme pour des départs,
Vibrations de cuivre incessamment décrues ;
Tandis qu’au loin, sur les talus, quelques recrues
Vont et viennent dans la même ombre au battement
Monotone d’un seul tambour mélancolique…
Remparts désormais nuls ! Citadelle qui ment !
Glacis démantelés, (ah ! ce nom symbolique !)