Page:Rodenbach - Le Règne du silence, 1901.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— Au lieu de ce grésil de linge mensonger-
Songe de fleurs qui ne leur est plus étranger,
Blancheurs où leur cristal se sent brusquement vivre,
Ramages incrustés dans le verre, et brodés
Sur les carreaux qui s’en sont tout enguirlandés,
Rideaux incorporés en dentelles de givre !