Page:Rodenbach - Les Vierges, 1895.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la Vie. Elles vont prendre part à la Vie. Celle-ci paraît splendide devant elles, et comme en or.   ◌   Il y a l’or jaune du blé mûr.   ◌   Il y a aussi l’or rouge du soleil.   ◌   Les cheveux des Vierges leur servent de raccord. Ils réconcilient en eux ce jaune de la terre et ce jaune du ciel.   ◌   Harmonie parfaite : les Vierges font encore partie du paysage !   ◌   Les Vierges sont un peu inquiètes au bord de la vie, qui leur apparaît