Page:Rodenbach - Les Vierges, 1895.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


chemins ?   ◌   Elles reconnaissent bien, dans la paume, leur destinée ; mais quelle est, parmi les routes au loin, la route qui correspond à la ligne du bonheur dans leur main ?   ◌   Les Vierges sont parties, moirées de l’ombre des feuilles, marchant à la recherche de leur Destinée. Chacune a pris le premier chemin qui s’ouvrait devant elle. Ne s’est-elle pas trompée ? Il y a tant de chemins ! Le vieux visage de la Terre a tant de rides !   ◌