Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/598

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reproches à faire parce que tout est excellent et beau, seulement trop pour moi ; mais je n’y retourne de bien des années et je ferai le voyage pour tout maintenir.

Je crois bien que tu n’as rien entendu à ma lettre de mercredi, puisque tu n’as ps reçu celle que je t’envoyais le mardi, avec le falot, par ce maudit Bresson. Je viens d’y envoyer ; il n’est parti que d’hier, et tout est maintenant à Lyon. — M. Blondel demande l’ampliation de la gratification de Milet[1] qu’il croit m’avoir été remise à mon voyage à Paris.

Il se fait tard ; j’avais aussi écrit à Despréaux sur sa bonne lettre dernière, mais je n’avais point envoyé parce que je t’attendais. J’ai écrit ce matin à l’ami Lanth[enas] fort brièvement, comme tu verras ; ajoute tout ce qu’il faut. D’Ant[ic], comme je te le mandais dans la lettre en l’air, est devenu plus aimable que jamais ; je vais t’envoyer sa lettre. Ton frère trouve les chiffons bien jolis ; je baisse l’oreille et je lui dis que je suis bien honteuse de leur prix.


182

[À ROLAND, À LYON[2].]
Samedi au soir [19 mars 1785], — [de Villefranche].

Je t’envoie, mon bon ami, une pacotille où est la lettre de Flesselles que j’aime mieux confier à Saint-Claude qu’à la poste ; j’y ai joint celle de M. d’Eu dont je t’avais prié dans ma lettre retardée pour savoir comment tu juges que je dois expédier le ballot. Sans doute, il

  1. Nous lisons Milet au manuscrit. Peut-être s’agit-il d’un ouvrier nommé Milot, dont Roland parle dans son Dictionnaire des manufactures, t. I., p. 111 : …« J’ai découvert un homme instruit dans la partie [de piquer les cuirs], le nommé Baptiste Milot, ouvrier lorrain ; je l’ai attiré ; je l’ai fait travailler sous mes yeux, chez moi ; je l’ai gratifié suivant mes moyens ; j’ai établi ses mécaniques dans mon département ; je les ai fait dessiner et je les publie… »
  2. Ms. 6239, fol. 233-234. — En comparant cette lettre aux lettres à Bosc, des 16 et 13 mars 1785, et en considérant que Pâques tomba cette année-là le 27 mars, on voit qu’elle doit être du samedi 19 mars.