Page:Rolland - Au-dessus de la mêlée.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

98
AU-DESSUS DE LA MÊLÉE


MANIFESTE DES AMIS DE L’UNITÉ MORALE DE L’EUROPE


Aussi loin de l’internationalisme amorphe que de tout localisme étroit, un groupe d’intellectuels s’est constitué à Barcelone, pour affirmer leur croyance irréductible en l’unité morale de l’Europe et pour servir cette croyance, autant que le permet le tragique étouffement des circonstances actuelles.

Le principe dont nous partons est que la terrible guerre qui déchire aujourd’hui le cœur de notre Europe constitue, par définition, une guerre civile.

Une guerre civile ne veut pas dire précisément une guerre injuste. Mais alors il faut qu’elle soit justifiée par un conflit entre de grands intérêts idéaux. Et si l’on désire le triomphe de l’un d’eux, ce doit être pour la totalité de la république européenne et pour son bénéfice général. Il ne peut donc être permis à aucun des partis aux prises de travailler à la destruction complète de l’adversaire. Il est encore moins légitime de partir de la criminelle hypothèse qu’un quelconque des partis se trouve déjà exclu, de fait, de la communauté supérieure.

Et pourtant nous avons eu la douleur de voir ces assertions admises, propagées avec furie, — et pas toujours dans les milieux vulgaires, ni par des voix dépourvues d’autorité. Durant