Page:Rolland - Au-dessus de la mêlée.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


X

POUR L’EUROPE

un manifeste des écrivains et penseurs de catalogne


Les passions nationales triomphent. Depuis cinq mois, elles déchirent notre Europe. Elles pensent l’avoir bientôt détruite et effacer son image dans le cœur des derniers qui lui restent fidèles. — Elles se trompent. Elles ont ranimé la foi que nous avions en elle. Elles nous ont fait connaître son prix et notre amour. Et d’une patrie à l’autre, nous avons découvert nos frères inconnus, les fils de la même mère, qui, à l’heure où elle est reniée, se vouent à sa défense.

Aujourd’hui, c’est une voix qui nous vient de l’Espagne, des penseurs catalans. Transmettons l’appel de cette cloche de Noël, que le vent nous apporte des rivages méditerranéens. Un autre jour, nous entendrons les cloches de l’Europe du Nord. Et bientôt elles se fondront en un même concert. — L’épreuve est bonne. Remercions-la. Ils ont uni nos mains, ceux qui voulaient nous séparer.

31 décembre 1914.

R. R.