Page:Rollinat - Choix de poésies, 1926.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Alexandre Dumas ! où les drames bouillonnent,
Phalange de héros fiers comme des défis !
Vaste océan d’humour que les rires sillonnent,
O colosse ! à quelle œuvre énorme tu suffis.

Balzac ! burin du siècle imprégné de névrose
Qui, sur tous les métaux avec férocité,
Se condamne à graver des poèmes en prose
Où vibrent les sanglots de la modernité.

Balzac ! sombre théâtre où l’humanité joue,
Rue étrange où l’avare au bras de la catin
Passent, la boue au cœur et le fard sur la joue,
Suivis de l’adultère infâme et clandestin !

George Sand ! à jamais reine des bucoliques !
Musique des baisers d’une exquise longueur !
Clairière de l’extase, où les mélancoliques
Vont se griser d’amour, de vague et de langueur.

Musset ! île de foi dans l’océan du doute,
Rêve d’amour éclos sur un corps acheté,
Poison délicieux qu’on aime et qu’on redoute
Tant l’ivresse qu’il donne a de morosité.

De Vigny ! crépuscule automnal où l’on hume
Le mystère des bois, où l’oiseau jase encor
Et qu’attriste parfois au milieu de la brume
La fanfare plaintive et lointaine du cor.