Page:Rollinat - Choix de poésies, 1926.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Banville ! buisson vert où fauvettes et merles
Chantent avec tant d’art que plus d’un rossignol
Jalouse leur gosier d’où s’échappent en perles
Le lyrisme d’Orphée et l’entrain de Guignol !

Et Leconte de Lisle ! âme des pics farouches
Contre qui vainement la foudre se rua !
Forêt vierge où se mêle au vol des oiseaux-mouches
Le rampement du tigre et du serpent boa.

Poètes ! vin du cœur ! suprême friandise !
Je m’abreuve à longs traits de vos chères saveurs !
La vie est un enfer où je m’emparadise
Puisque je bois votre âme, ô sublimes rêveurs !