Page:Rollinat - Choix de poésies, 1926.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANS LES BRANDES LA LUNE La lune a de lointains regards Pour les maisons et les hangars Qui tordent sous les vents hagards Leurs girouettes ; Mais sa lueur fait des plongeons Dans les marais peuplés d’ajoncs Et flotte sur les vieux donjons Pleins de chouettes ! Elle fait miroiter les socs Dans les champs, et nacre les rocs Qui hérissent les monts, par blocs Infranchissables ; Et ses chatoiements délicats Près des gaves aux sourds fracas Font luire de petits micas Parmi les sables