Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ainf‍i a Iuî,dans le troif‍iême dcl‘Eneide,

Troiugena interpre: dimîmqm‘ mina Pbæbi,

Œnipodumlardj qurMf‍iw'f‍idmf‍iMk,

Et volume!» Imguugÿ pnpetu alu/Jupon“. vital! pariunakul.) A Laomedon,duquel i’ai nf‍l'c’s arlé ailleurs. .4» vinüar: Mm) u' fut entre

esTroicns fort ef‍limé pour fon confeil, pour fon eloquence. «tu mm Ami one,') Sœurde Prmn , f‍i gloriech qu'elle ofa bicn en eauté (e comparer a lu. nomdequoi Iun‘on courroufféc la conueru'r en Qu'- gnc.Voi le cinquième de la Metamorfofë. N nm. l’ai dclîa dit , quc'Neprune 8c Apollon baf‍litcn: lès murailles de Troie. llion,Troic.


Si je trepasse entre tes bras,Madame,
Il me suffit, car je ne veus avoir
Plus grand honneur, sinon que de me voir
En te baisant, dans ton sein rendre l'ame.

Celui que Mars horriblement enflame,
Aille à la guerre, & manque de pouvoir,
& jeune d'ans, s'ebate à recevoir
En sa poitrine une Espaignole lame :

Mais moi plus froid, je ne requier, sinon
Apres cent ans, sans gloire & sans renom,
Mourir oisif, en ton giron, Cassandre.

Car je me trompe, ou c'est plus de bonheur,
Mourir ainsi, que d'avoir tout l'honneur,
Pour vivre peu, d'un guerrier Alexandre.

M V K E T. .s‘i {enf‍in/3:94 la mamcre des Poète: , il dit, que les autres tâchent: Paquerir gloire par hautes entrepri— (:58: faits de guerrezcar quant a fôi,il aime mieu: n'J—