Page:Rosier - Histoire de la Suisse, 1904.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
TEMPS PRIMITIFS

Le choc des deux armées fut terrible. Les Romains étaient mieux armés que les Helvètes ; ils étaient aussi mieux préparés pour les grandes batailles. Après avoir vaillamment combattu, les Helvètes se retirèrent sur une colline, prêts à se défendre encore. Mais Jules César ne les attaqua pas de nouveau. Il raconte d’ailleurs que dans la lutte pas un Helvète ne tourna le dos.

Les Helvètes prirent le chemin du retour, suivis par l’armée romaine. Le moment arriva où ils manquèrent de vivres et ils durent se soumettre à César. Il leur ordonna de rentrer dans leur pays et de rebâtir leurs villes et leurs villages.

Plus tard, le Valais et la Rhétie furent aussi conquis par les Romains.

C’est ainsi que toute la Suisse actuelle dut accepter la domination romaine.

4. L’Helvétie sous les Romains. — Les Romains étaient un peuple très puissant de l’Italie. Par leurs conquêtes, ils avaient peu à peu soumis tous les pays qui entourent la mer Méditerranée. Soldat des légions romaines.
Fig. 18. — Soldat des légions romaines.
(Le soldat est représenté en marche ; ses vivres sont attachés à un bâton et son casque accroché à l’épaule droite.)
Rome, leur capitale, était devenue une ville considérable et magnifique. Les Romains avaient longtemps vécu en république ; mais peu de temps après Jules César, le pouvoir passa aux mains d’un seul homme, l’empereur.

La Gaule tout entière faisait partie de l’empire romain. Elle avait été conquise par Jules César après la soumission des Helvètes. L’Helvétie devint une partie de la Gaule romaine. La Rhétie forma une province distincte, beaucoup plus grande que le canton actuel des Grisons.

L’Helvétie fut longtemps la frontière de l’empire, du côté des Germains, qui habitaient l’Allemagne actuelle. C’est pourquoi elle était occupée par une nombreuse armée romaine. Cette armée gardait la frontière le long du Rhin ; sa principale place d’armes était Vindonissa (aujourd’hui Windisch, en Argovie). Les Romains construisirent à travers l’Helvétie d’excellentes routes militaires ; Vindonissa était le point central où se réunissaient ces routes.

Ruines du théâtre d’Augusta.
Fig. 19. — Ruines du théâtre d’Augusta.

Les Helvètes s’habituèrent peu à peu à la domination romaine. Le pays devint prospère et se couvrit de villages. Mais un peu plus d’un siècle après la bataille de Bibracte, il eut à souffrir de nouveaux malheurs.

À la mort de l’un des empereurs romains, une lutte éclata entre des généraux qui cherchaient à s’emparer du trône. Les Helvètes s’étant déclarés pour l’un d’eux, les troupes qui soutenaient son adversaire se vengèrent en dévastant le pays. Cécina, qui les commandait, battit les Helvètes au Bœtzberg (montagne du Jura, en Argovie). Il pilla Aventicum (Avenches), la capitale de l’Helvétie, et fit périr Julius Alpinus, le premier magistrat de cette ville. On crut que tous les Helvètes allaient être massacrés. L’empereur Vitellius devait se prononcer sur leur sort. Un Helvète, nommé Claudius Cossus, se rendit auprès de lui et lui parla d’une manière si touchante que l’empereur fit grâce aux vaincus.

Ensuite l’Helvétie passa par une longue période de paix et de prospérité. Le sol fut de mieux en mieux cultivé. Le pays s’enrichit par l’industrie et le commerce. De nombreuses écoles instruisirent la jeunesse. La Suisse occidentale surtout adopta complètement la religion, les usages et la langue des Romains. Là s’élevait la grande ville d’Aven-