Page:Rosier - Histoire de la Suisse, 1904.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
TEMPS PRIMITIFS

Guerrier franc.
Fig. 30. — Guerrier franc.

Toute la Suisse actuelle tomba sous la domination des Francs.

5. Progrès du christianisme. — Les Burgondes étaient chrétiens. Leurs vainqueurs, les Francs, l’étaient aussi. Le christianisme devint donc de bonne heure la religion des habitants de la Suisse occidentale.

Les Alamans étaient encore païens lorsqu’ils pénétrèrent en Helvétie. Le christianisme, qui y était déjà établi, eut tout d’abord à souffrir de leur invasion. Mais peu à peu ils se laissèrent gagner par les idées chrétiennes, tout en gardant en partie leurs anciennes croyances. Ils furent définitivement convertis par des moines venus d’Irlande, au commencement du septième siècle. Les plus connus de ces moines sont Colomban et Gall. Colomban quitta bientôt la Suisse. Mais Gall y resta ; c’est sur l’emplacement de sa cabane que s’éleva plus tard le célèbre couvent de Saint-Gall et la ville de ce nom.

D’autres couvents et de nombreuses églises furent construits. La Suisse entière adopta le christianisme.

6. Charlemagne. — Le plus célèbre des rois francs fut Charlemagne ou Charles le Grand. Il vainquit ses voisins dans de nombreuses guerres et s’empara de leur territoire. Ses États s’étendirent ainsi sur un espace immense. Ils comprenaient l’Europe centrale et occidentale, c’est-à-dire les pays qui forment aujourd’hui la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la Belgique, la Hollande, et, en outre, la moitié nord de l’Italie et une partie de la Hongrie. C’était le souverain le plus puissant de son temps. Le pape le couronna empereur à Rome, en l’an 800.

Charlemagne chercha à maintenir l’ordre dans ce vaste empire. Il faisait rendre la justice par des comtes, qui gouvernaient en son nom. La Suisse, comme les autres pays, fut ainsi divisée en comtés. Charlemagne aida aussi l’agriculture et le commerce. Il augmenta le pouvoir de l’Église et créa des écoles.


6me LECTURE

Les ancêtres des Suisses. — Les grandes invasions germaniques dans l’empire romain eurent lieu principalement à la fin du IVme siècle et au Vme siècle. Ce fut une période très troublée. L’occupation de plusieurs territoires de l’empire par les Germains ne fut pas partout accompagnée de guerres sanglantes. Mais l’Helvétie est une des contrées qui eurent le plus à souffrir. Les Alamans étaient un peuple violent et destructeur. Avant de s’établir, ils ravagèrent plusieurs fois la plus grande partie du pays. Les légions romaines le défendirent le plus longtemps possible. Elles construisirent le long du Rhin des forteresses, dont l’une donna naissance à la ville de Bâle. À la fin, elles durent se retirer en Italie et abandonner l’Helvétie à son sort.

Par suite des invasions des Alamans, une forte partie de la population disparut. Un grand nombre d’habitants périrent dans les combats ou moururent de misère ; d’autres s’enfuirent. Les Alamans et les Burgondes occupèrent les territoires abandonnés. C’est donc d’eux que la nouvelle population fut principalement formée. Les Suisses allemands et les Suisses romands descendent beaucoup plus de ces envahisseurs que des anciens Helvètes ou des populations lacustres. Les Alamans et les Burgondes sont les véritables ancêtres du peuple suisse actuel.