Page:Rosier - Histoire de la Suisse, 1904.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35

RÉSUMÉ DE LA PREMIÈRE PARTIE — TEMPS PRIMITIFS

Chap. I. — Les premiers habitants de notre pays.

1. On a retrouvé des traces des premiers habitants de notre patrie. Ils vivaient dans des grottes ; de là le nom d’hommes des cavernes qu’on leur a donné. Comme outils et comme armes, ils se servaient de pierres taillées.

2. Ensuite, d’autres populations occupèrent le plateau suisse. On les nomme populations lacustres, parce qu’elles construisaient leurs habitations sur les lacs. Elles savaient élever les animaux domestiques et cultiver le blé, l’orge et le lin. Leurs instruments et leurs armes étaient en pierre polie ; ensuite elles employèrent le bronze, puis le fer.

Chap. II. — Les Helvètes.

1. Les Helvètes, partis de la région du Rhin, en Allemagne, se joignirent aux Cimbres et aux Teutons pour envahir la Gaule ; leur chef était Divico. Ils battirent les Romains près d’Agen (environ un siècle avant Jésus-Christ). — Quelque temps après, nous retrouvons les Helvètes sur le plateau suisse.

2. Un chef puissant, Orgétorix, proposa aux Helvètes d’aller s’établir en Gaule. Il avait formé le projet de devenir roi. Les Helvètes l’apprirent et citèrent Orgétorix devant l’assemblée de la nation. Celui-ci, se sentant perdu, se tua.

3. Néanmoins l’émigration des Helvètes eut lieu, sous le commandement de Divico. Mais Jules-César, général romain, s’opposa à leur marche vers la Gaule. Il les empêcha de passer le Rhône à Genève et les arrêta à Bibracte (58 ans avant Jésus-Christ). Les Helvètes durent rentrer dans leur pays, qui fut dès lors soumis aux Romains.

4. La domination romaine en Helvétie dura près de cinq cents ans. Ce fut en général une période de paix pour notre pays. Toutefois un peu plus d’un siècle après la bataille de Bibracte, il fut dévasté par le général romain Cécina qui battit les Helvètes au Bœtzberg et fit périr Julius Alpinus. Sous les Romains, l’Helvétie prospéra et se couvrit de villes et de villages ; sa capitale était Aventicum (Avenches).

5. Les dieux romains eurent en Helvétie leurs temples et leurs prêtres. Mais le christianisme y pénétra de bonne heure et s’y répandit malgré les persécutions dont les chrétiens furent l’objet.

Chap. III. — Peuples nouveaux : Alamans, Burgondes et Francs.

1. Les Germains, qui habitaient l’Allemagne actuelle, cherchaient à envahir l’empire romain. Ils en furent longtemps empêchés par les légions romaines. À la fin, ils les vainquirent et franchirent la frontière. Cette invasion est appelée la migration des peuples ou l’invasion des barbares.

2. En Helvétie, les premiers envahisseurs furent les Alamans. Au Vme siècle, ils se fixèrent dans la Suisse allemande actuelle.

3. Les Burgondes s’établirent dans la Suisse occidentale vers le milieu du Vme siècle. Leur royaume a été appelé le premier royaume de Bourgogne. Le plus célèbre de leurs rois fut Gondebaud.

4. Les Alamans et les Burgondes furent à leur tour soumis par les Francs. Un roi franc, Clovis, battit les Alamans en 496. Les Burgondes ne furent vaincus que plus tard, en 534.

5. Les Burgondes et les Francs pratiquaient le christianisme. Les Alamans, qui étaient restés païens, furent convertis au VIIme siècle, par des moines irlandais dont les plus connus sont Colomban et Gall.

6. Le plus puissant des rois francs fut Charlemagne. Grâce à ses conquêtes, ses États s’étendirent sur la plus grande partie de l’Europe occidentale. Le pape le couronna empereur en l’an 800.

Chap. IV. — La Suisse du IXme au XIIIme siècle.

1. Après Charlemagne, son empire se divisa. Les trois peuples qui le formaient, les Allemands, les Français et les Italiens, se séparèrent. La Suisse actuelle se rattacha principalement à deux États : la Suisse occidentale au second royaume de Bourgogne ; la Suisse du nord-est et la Rhétie au duché d’Alamanie.

2. Le royaume de Bourgogne transjurane ou second royaume de Bourgogne fut fondé par Rodolphe Ier, en 888. À ce prince succédèrent Rodolphe II, dont la veuve, la bonne reine Berthe, a laissé