Page:Rosier - Histoire de la Suisse, 1904.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
LES PREMIERS HABITANTS DE NOTRE PAYS

On en fit d’abord des épées, des lances, des couteaux ; ensuite, on s’en servit pour fabriquer des outils et des ustensiles. Mais, à cette époque, les habitants avaient transporté leurs demeures sur terre. Les forêts du plateau suisse se défrichaient peu à peu et les villages y devenaient plus nombreux.

La plupart des habitations lacustres furent détruites par le feu. On retrouve sur les bords de nos lacs les pieux qui les supportaient. En creusant dans la vase, on a retiré de grandes quantités d’outils, d’armes, d’objets de parure, qui ont été placés dans nos musées.


1re LECTURE

Qu’est-ce que l’histoire ? — La Suisse est aujourd’hui très peuplée. Les cultures couvrent les bords de ses lacs, ses plaines et ses vallées. Des chemins de fer la traversent dans tous les sens. Elle a une multitude d’usines et de fabriques. On y voit des villes grandes et belles, d’autres plus petites et de très nombreux villages. Tous ses habitants ont suivi les écoles et savent au moins lire, écrire et compter.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Longtemps, très longtemps, elle n’eut aucun habitant. Ensuite, les hommes qui y vécurent furent de véritables sauvages. Ils n’avaient aucune instruction ; ils ne nous ont donc laissé aucun écrit, aucun récit de leurs aventures.

Tombeau lacustre d’Auvernier.
Fig. 4. — Tombeau lacustre d’Auvernier.
(Ce tombeau se trouve actuellement à Neuchâtel, à côté du Musée historique, où il a été reconstitué avec soin.)
La femme lacustre d’Auvernier.
Fig. 5. — La femme lacustre d’Auvernier.
(Cette figure a été reconstituée par M. le professeur Kollmann, de Bâle, à la suite d’une étude attentive du crâne de femme retrouvé dans le tombeau d’Auvernier.)

« Mais alors, me direz-vous, comment peut-on savoir quelque chose sur leur existence ? »

Voici comment. On a trouvé en certains endroits des armes, des instruments en pierre ou en métal, enfouis dans le sol. Des restes du même genre ont été découverts dans les grottes et dans la vase des lacs, non seulement en Suisse, mais dans d’autres pays. Ces débris sont très anciens, car ils sont souvent recouverts d’une couche de terre ou de gravier, qui a dû mettre longtemps à se former. Il faut creuser le sol pour les découvrir. On a ramassé ces débris ; on les a examinés. Et c’est ainsi qu’on a pu reconnaître comment vivaient les hommes des cavernes et les populations lacustres.

Ce n’est pas tout. On a retrouvé aussi des ossements humains, des tombeaux qui datent de ces temps reculés. En 1876, par exemple, un tombeau a été découvert non loin de l’ancien village lacustre d’Auvernier, dans le canton de Neuchâtel (fig. 4). Il renfermait des squelettes ; on a pu avoir ainsi quelques renseignements sur les hommes qui habitaient ce village, sur leur taille, sur leur aspect. Au moyen d’un crâne assez bien conservé, il a même été possible de reproduire la figure d’une femme lacustre (fig. 5).

Il existe aussi des monuments très curieux, da-