Page:Rosny - La Guerre du feu.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans la résignation, lui s’oublia dans la lutte. Il rejeta sa hache, qu’il jugeait inutile, il prit à deux mains la massue de chêne, pleine de nœuds.

La bête le vit venir. Elle différa d’anéantir la faible proie qui palpitait sous elle ; elle éleva sa force contre l’adversaire, pattes et crocs projetés en foudre, tandis que l’Oulhamr abaissait sa massue. L’arme arriva la première. Elle roula sur la mâchoire de l’ours ; l’une des pointes toucha les narines. Le coup, frappé de biais et peu efficace, fut si douloureux que la brute ploya. Le deuxième coup du Nomade rebondit sur un crâne indestructible. Déjà l’immense bête revenait à elle et fonçait frénétiquement, mais l’Oulhamr s’était réfugié dans l’ombre, devant une saillie de la roche : au moment suprême, il s’effaça ; l’ours cogna violemment le basalte. Tandis qu’il trébuchait, Naoh revenait en oblique et, avec un cri de guerre, abattit la massue sur les longues vertèbres. Elles craquèrent ; le fauve, affaibli par le choc contre la saillie, oscilla sur sa base et Naoh, ivre d’énergie, écrasa successivement les narines, les pattes, les mâchoires, tandis que Nam et Gaw ouvraient le ventre à coups de hache.

Lorsque enfin la masse cessa de panteler, les nomades se regardèrent en silence. Ce fut une minute prodigieuse. Naoh apparut le plus redoutable des Oulhamr et de tous les hommes, car ni Faouhm ni Hoo, fils du Tigre, ni aucun des guerriers mystérieux dont Goûn-aux-os-secs rappelait la mémoire n’avaient abattu un ours gris à coups de massue. Et la légende se grava dans le crâne des jeunes hommes pour se transmettre aux générations et grandir leurs espérances, si Nam, Gaw et Naoh ne périssaient point à la conquête du Feu.



4. Le lion géant et la tigresse