Page:Rosny - La force mystérieuse, 1914.djvu/254

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

vreusement des conserves de champignons. Ceux qu’on destinait à la famille étaient préparés tels quels, mais Langre, méfiant, avait fait ajouter des légumes à ceux devaient servir aux gens du village.

— Il faut qu’ils croient à une « recette », prétendait-il. Sinon, ils viendront piller nos réserves… et je redoute aussi des indiscrétions qui nous exposeraient à d’autres dangers.

— Je ne crois guère aux indiscrétions, répliquait Sabine. La solidarité des groupes est trop forte.

— Et chaque groupe contient des êtres discrets par nature qui dominent les autres, ajouta Meyral.

Au village, le carnivorisme décelait de toutes parts ses symptômes. Après avoir accumulé des provisions à la villa, Langre et Meyral résolurent de secourir les malades. Ils se présentèrent d’abord dans la maison du facteur, où le mal devenait périlleux. Le facteur, après une période de coma, montrait