Page:Rosny aîné - Le Cœur tendre et cruel, 1924.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à son ami une pureté essentielle, qu’il ne définissait point : elle donnait à Georges une tonalité vertueuse, un peu dérisoire, qui ne laissait pas concevoir comment l’adolescent ferait la cour à Marie. Georges avait la dégaine du jeune homme qui ignore les femmes. Ce n’est pas Marie qui le déniaiserait ; elle avait une petite dignité gentille, mais déconcertante.

« Une raison ne suffirait pas pour me tranquilliser, songea Charles… comme en anthropométrie, un signe ne suffit pas pour identifier un homme. Mais dix raisons ! Et il y en a vingt. »

Cette réflexion l’enchanta. Il fut sur le point de la communiquer à Georges même.

— Je pars mercredi ! dit-il.

Puis il montra une mallette américaine, très mince et pourtant pleine de réduits