Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
16
CYRANO DE BERGERAC.

Christian, lève la tête, aperçoit Roxane, et saisit vivement Lignière par le bras.

C’est elle !


Lignière, regardant.

C’est elle ! Ah ! c’est elle ?…


Christian.

C’est elle ! Ah ! c’est elle ?…Oui. Dites vite. J’ai peur.


Lignière, dégustant son rivesalte à petits coups.

Magdeleine Robin, dite Roxane. – Fine.
Précieuse.


Christian.

Précieuse.Hélas !


Lignière.

Précieuse.Hélas ! Libre. Orpheline. Cousine
De Cyrano, – dont on parlait…

(À ce moment un seigneur très élégant, le cordon bleu en sautoir, entre dans la loge et, debout, cause un instant avec Roxane.)


Christian, tressaillant.

De Cyrano, – dont on parlait…Cet homme ?…


Lignière, qui commence à être gris, clignant de l’œil.

De Cyrano, – dont on parlait…Cet homme ?…Hé ! Hé !…
– Comte de Guiche. Épris d’elle. Mais marié
À la nièce d’Armand de Richelieu. Désire
Faire épouser Roxane à certain triste sire,
Un monsieur de Valvert, vicomte… et complaisant.
Elle n’y souscrit pas, mais de Guiche est puissant :
Il peut persécuter une simple bourgeoise.
D’ailleurs j’ai dévoilé sa manœuvre sournoise
Dans une chanson qui… Ho ! il doit m’en vouloir !
– La fin était méchante… Écoutez…

(Il se lève en titubant, le verre haut, prêt à chanter.)


Christian.

La fin était méchante… Écoutez…Non. Bonsoir.


Lignière.

Vous allez ?


Christian.

Vous allez ? Chez monsieur de Valvert !