Page:Rostand - Cyrano de Bergerac.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Lise, sèchement.

Et n’ai-je pas le droit d’utiliser vraiment
Ce que laissent ici, pour unique paiement,
Vos méchants écriveurs de lignes inégales !


Ragueneau.

Fourmi !… n’insulte pas ces divines cigales !


Lise.

Avant de fréquenter ces gens-là, mon ami,
Vous ne m’appeliez pas bacchante, — ni fourmi !


Ragueneau.

Avec des vers, faire cela !


Lise.

Avec des vers, faire cela !Pas autre chose.


Ragueneau.

Que faites-vous, alors, madame, avec la prose ?


Scène II

LES MEMES, DEUX ENFANTS qui viennent d’entrer dans la pâtisserie.


Ragueneau.

Vous désirez, petits ?


Premier enfant.

Vous désirez, petits ?Trois pâtés.


Ragueneau, les servant.

Vous désirez, petits ?Trois pâtés.Là, bien roux…
Et bien chauds.


Deuxieme enfant.

S’il vous plaît, enveloppez-les-nous ?


Ragueneau, saisi, à part.

Hélas ! un de mes sacs !

(Aux enfants.)

Hélas ! un de mes sacs !Que je les enveloppe ?…

(Il prend un sac et au moment d’y mettre les pâtés, il lit.)

« Tel Ulysses, le jour qu’il quitta Pénélope… »
Pas celui-ci !…