Page:Rouché - L’Art théâtral moderne, 1910.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


44

L’ART THEATRAL MODERNE.

Dans le domaine de la diction, il fallait : 1° Une note de parole froide, délivrée du trémolo et des tons pleurards. 2° Le mot doit tomber nettement, « comme un goutte d’eau au fond d’un puits » ; chaque mot a un appui.

3° L’émoi mystique, ordinairement rendu par des cris et des gestes appropriés, s’exprime par les yeux, les lèvres, le ton de la voix, — il est intérieur. 4° Le tragique des émotions intimes des âmes est étroitement lié avec la vie même de la forme créée par l’auteur.

5° Jamais de conversations pressées, rapides. Le tragique est grandiose, point énervé.

6° Le tragique doit savoir être souriant.

Dans le domaine de la plastique :

1° La phrase musicale est insuffisante à exprimer l’émotion vraie ; elle est complétée par le mouvement plastique. Dans le théâtre naturaliste la plastique correspond aux paroles : la nouvelle plastique n’y correspond pas. Elle n’accompagne pas le mot prononcé ; elle trahit l’émotion intime. 2° Les tableaux de Maeterlinck sont archaïques. Ils représentent des icônes ; les décorateurs doivent ne pas l’oublier.

M. Viatcheslav Yvanov proposa, pour le nouveau théâtre, un répertoire très large où rien, nous semble-t-il, n’était oublié. Il comprenait : Le drame symbolique ; la tragédie héroïque et mystique ; le mystère (se rapprochant du mystère moyenâgeux) ; la comédie.

Une des caractéristiques était le respect qu’on portait au comédien : L’artiste, étant un créateur, ne peut être que libre. La technique est simplifiée pour ne pas gêner l’acteur et l’empêcher de réaliser une création personnelle. Le régisseur indique à l’artiste la voie à suivre ; il ne le dirige pas. « 11 est le lien unissant l’âme de l’auteur et l’âme de l’artiste ». Et, de même que l’acteur est libre vis-à-vis du régisseur, le régisseur est envisagé par le théâtre conventionnel comme un praticien créateur de l’œuvre. 11 l’achève.

Il ne doit jamais oublier qu’il a devant lui un acteur qui joue ; celui-ci tient compte à tout moment du public qui le voit.. Le nouveau théâtre rejette Yillu-