Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome II, 1930.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Laurent en bas de Québec. Son voyage lui rapporte de bons revenus.

Arrivé au collège de X…, notre homme vend son œuf pour la somme de deux piastres au professeur de physique, qui se trouvait en face d’un problème difficile à résoudre. Le professeur ne comprenait rien à ce nouveau genre de calligraphie. Il avait beau examiner l’œuf et le réexaminer, il ne pouvait que répéter :

« Mais c’est prodigieux ! »

Une certaine crainte religieuse commençait à s’emparer de son esprit. La grande nouvelle de la fin du monde avait fait le tour du collège et une panique semblable à celle que nous avons mentionnée plus haut était sur le point d’éclater, lorsque le médecin de l’institution vint trouver le professeur de physique et le prier de lui laisser voir l’œuf à sensation. Le professeur se fit un plaisir de lui montrer la grande merveille dont il venait de faire l’acquisition.

Le médecin jette alors un bruyant éclat de rire, qui remplit tout le cabinet de physique. Le professeur est très surpris de l’hilarité du médecin en présence d’un prodige aussi étonnant.

« Vous me paraissez étonné, lui dit le médecin, de ce que je ne sois pas tombé par terre en apercevant votre œuf mirobolant. Reprenez vos sens ; les caractères gravés sur la surface de cet œuf sont tout à fait faciles à exécuter, et le premier venu peut en faire autant et même mieux. »