Page:Rouleau - Légendes canadiennes tome II, 1930.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES DEUX PRISONNIERS



« Quelle soirée ravissante, père Godin ! »

Telle fut l’exclamation que poussa notre ami L… en arrivant au rendez-vous fixé la veille.

« Je craignais de ne pas vous rencontrer sur le rocher, car…

— Arrête, mon Louison, parole donnée, parole sacrée, c’est ma devise.

— Je le sais ; mais vos nombreuses occupations auraient bien pu me priver du plaisir de vous entendre raconter une autre belle légende, comme celle du moulin du Diable.

— Tu n’as pas oublié, je pense bien, que c’est demain vendredi et qu’il faut deux ou trois dorés pour la cuisine de ma bonne Madeleine. Cette fois-ci, je vais lui en emporter une brochetée. Regarde. »

Et il lui exhibe une brochetée de douze dorés.

« C’est une pêche miraculeuse à cette saison, reprend Louison, et je vous en félicite.

— Merci du compliment, et je sais qu’il est sin-