Page:Rouquette - L'Antoniade, 1860.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 132 )

Par l’élément subtil, l’od illuminateur,
J’emplis de mon esprit chaque oracle menteur ;
Par l’éther sidéral qu’à mon gré je dirige,
Pour éblouir l’orgueil, j’opère maint prodige ;
Par moi, l’homme, endormi d’un lucide sommeil,
Du monde des Esprits voit briller le soleil ;
Il entre, émerveillé, dans mon fatal royaume,
Et sans l’avoir appris, parle chaque idiome ;
Il lit dans la pensée et dit tous les secrets,
Les mystères du cœur que nul n’a pénétrés ;
Et maître tout-à-coup des sons et des nuances,
Il a le germe infus de toutes les sciences ;
Par une force occulte armé de nouveaux sens,
Il aperçoit au loin les corps phosphorescens ;
À la vive clarté d’une seconde vue,
Immobile, il embrasse, il parcourt l’étendue ;
Son âme, transformée en miroir constellé,
Réfléchit l’univers, tout-à-coup dévoilé ;
Et tenant les deux bouts de la chaîne mystique,
Il exerce ou subit un charme magnétique :
Ainsi je forme et romps d’invisibles rapports
Entre les cœurs distants, les esprits et les corps.
Dans les grandes cités, foyers d’ignominies,
J’ai mes prêtres, mon culte et mes cérémonies ;
J’oppose mes splendeurs aux pompes du saint-lieu,
Et l’église infernale à l’Église de Dieu.

 Pour combattre la gnose et l’ascèse divine,
J’eus mes initiés, choisis dès l’origine :
Caïn, Cham, Misraïm ont parmi les anciens
Enseigné les premiers mes secrets aux païens ;
Mes secrets, transportés par la vierge prêtresse
De la Perse à l’Égypte et de l’Égypte en Grèce ;
Et de là, dans l’exil des plus lointains climats,
Où l’homme, en sa douleur, a promené ses pas,
Chargé de tous ses dieux, depuis les Pyramides
Jusqu’aux rocs de Karnal, taillés par les Druides.
Mon art prestigieux a déçu Pharaon ;
C’est par moi qu’ont parlé les Esprits de Python ;
J’ai guéri les humains sous l’aspect d’Esculape ;
Dans les temples impurs, j’ai fait régner Priape ;
De la lyre d’Orphée enchantant les accords,
L’âme de la musique a passé dans les corps ;
La Sybille en fureur, sur le trépied mystique,
Pleine de clairvoyance, eut le don fatidique.
Swedenborg, Saint-Martin, Cagliostro, Mesmer,
Organes décepteurs des Puissances de l’air,
Agissants ou passifs, dans leurs cercles sinistres,
Au magnétisme astral ont servi de ministres.
Les coupables cités, les vieilles nations
Ont éprouvé le choc des révolutions ;