Page:Rouquette - L'Antoniade, 1860.djvu/215

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 215 )


  Où, tranquille et passive,
  L’amour, en son repos,
  La flamme intuitive,
  L’inonde de ses flots ;

  Où, doucement ravie
  Au céleste séjour,
  Folle de la folie
  D’un extatique amour,

  Elle parle un langage,
  Incompris des cœurs froids ;
  Des cœurs qui, dans notre âge,
  Ont déserté la Croix !…

  Ô douce pénitence !
  Ô pleurs du repentir ! —
  Ou souffrir ou mourir,
  C’est toute ma science !


fin du premier âge