Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t10.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


recevoir. Le sort qui sembloit contrarier leur passion ne fit que l’animer. Le jeune amant ne pouvant obtenir sa maîtresse, se consumoit de douleur ; elle lui conseilla de voyager pour l’oublier. Il voyagea sans fruit & revint plus amoureux que jamais. Il retrouva celle qu’il aimoit tendre & fidelle. Après cette épreuve il ne restoit qu’à s’aimer toute la vie ; ils le jurerent & le Ciel bénit leur serment.

Gabriel Bernard, frere de ma mere, devint amoureux d’une des sœurs de mon pere ; mais elle ne consentit à épouser le frere qu’à condition que son frere épouseroit la sœur. L’amour arrangea tout & les deux mariages se firent le même jour. Ainsi mon oncle étoit le mari de ma tante & leurs enfans furent doublement mes cousins-germains. Il en naquit un de part & d’autre au bout d’une année ; ensuite il fallut encore se séparer.

Mon oncle Bernard étoit Ingénieur : il alla servir dans l’Empire & en Hongrie sous le Prince Eugene. Il se distingua au siége & à la bataille de Belgrade. Mon pere, après la naissance de mon frere unique, partit pour Constantinople où il étoit appellé & devint horloger du Sérail. Durant son absence, la beauté de ma mere, son esprit, ses talens, *

[*Elle en avoit de trop brillans pour son état ; le Ministre son pere qui l’adoroit, ayant pris grand soin de son éducation. Elle dessinoit, elle chantoit, elle s’accompagnoit du Théorbe, elle avoit de la lecture & faisoit des vers passables. En voici qu’elle fit imprompu dans l’absence de son frere & de son mari, se promenant avec sa belle-sœur & leurs deux enfans, sur un propos que quelqu’un lui tint à leur sujet.

Ces deux Messieurs qui sont absens

Nous sont cheres de bien des manieres ;

Ce sont nos amis, nos amans ;

Ce sont nos maris & nos freres,

Et les peres de ces enfans.]

lui attirerent des hommages. M. de la Closure, Résident de France, fut