Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


assassiner les assassins, être scélérat à l’envi avec ceux qui le sont, & si l’on n’est plus oblige d’être honnête homme qu’avec les honnêtes-gens, ce devoir ne mettra personne en grands frais de vertu dans le siecle ou nous sommes. Il est digne du scélérat que vous m’avez peint de donner des leçons de fourberie & de trahison ; mais je suis fâché pour vos Messieurs que parmi tant de meilleures leçons qu’il a données & qu’il eût mieux valu suivre, ils n’aient profite que de celle-la.

Au reste, je ne me souviens pas d’avoir rien trouvé de pareil dans les livres de J. J. Ou donc a-t-il établi ce nouveau précepte si contraire à tous les autres ?

Le François.

Dans un vers d’une comédie.

Rousseau.

Quand est -ce qu’il a fait jouer cette comédie ?

Le François.

Jamais.

Rousseau.

Ou est-ce qu’il l’a fait, imprimer ?

Le François.

Nulle part.

Rousseau.

Ma foi je ne vous entends point.

Le François.

C’est une espece de farce qu’il écrivit jadis à la hâte &