Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


EXTRAITS.

LES GENS DE LETTRES.

1. "Qui est-ce qui nie que les savans sachent mille sa choses vraies que les ignorans ne sauront jamais ? Les savans sont-ils pour cela plus près de la vérité ? Tout au contraire, ils s’en éloignent en avançant, parce que la vanité de juger faisant encore plus de progrès que les lumieres, chaque vérité qu’ils apprennent ne vient qu’avec cent jugemens faux. Il est de la derniere évidence que les compagnies savantes de l’Europe ne sont que des écoles publiques de mensonge, & très-surement il y a plus d’erreurs dans l’Académie des sciences que dans tout un peuple de Hurons." Emile L. 3.”

2. "Tel fait aujourd’hui l’esprit fort & le philosophe qui, par la même raison n’eut été qu’un fanatique du tems de la ligue." Préface du Discours de Dijon.”

3. "Les hommes ne doivent point être instruits a demi. S’ils devoient rester dans l’erreur que ne les laissez-vous dans l’ignorance ! À quoi bon tant d’écoles & d’universités pour ne leur apprendre rien de ce qui leur importe a savoir ? Quel est donc l’objet de vos colleges de vos académies, de toutes vos fondations savantes ? Est-ce de donner le change au peuple, d’altérer sa raison d’avance, & de l’empêcher d’aller au vrai ? Professeurs de mensonge, c’est pour l’égarer que vous feignez de l’instruire, & comme ces brigands