Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Le François.

Mon cher Monsieur Rousseau, vous m’avez bien l’air d’être un des habitans de ce monde-la !

Rousseau.

J’en reconnois un du moins sans le moindre doute dans l’Auteur d’Emile & d’Heloise.

Le François.

J’ai vu venir cette conclusion ; mais pour vous passer toutes ces fictions peu claires, il faudroit premièrement pouvoir vous accorder avec vous-même : mais après avoir paru convaincu des abominations de cet homme, vous voila maintenant le plaçant dans les astres parce qu’il a fait des romans. Pour moi je n’entends rien à ces énigmes. De grace dites-moi donc une sois votre vrai sentiment sûr son compte.

Rousseau.

Je vous l’ai dit sans mystère & je vous le répéterai sans détour. La forcé de vos preuves ne me laissé pas douter un moment des crimes qu’elles attestent, & la-dessus je pense exactement comme vous : mais vous unissez des choies que je sépare. L’Auteur des livres & celui des crimes vous paroit la même personne ; je me crois fonde à en faire deux. Voila, Monsieur le mot de l’énigme.

Le François.

Comment cela, je vous prie ? Voici qui me paroit tout nouveau.