Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t11.djvu/453

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à désirer de plus favorable, & qui ne pouvoit jamais arriver en m’y prenant de toute autre façon.

Tandis que je travaillois à transcrire au net mon écrit, je méditois sur les moyens d’exécuter mon projet, ce qui n’étoit pas fort facile & surtout pour un homme aussi timide que moi. Je pensai qu’un samedi,jour auquel toutes les semaines on va chanter devant l’Autel de Notre Dame un motet durant lequel le Chœur reste vuide, seroit le jour ou j’aurois le plus de facilite d’y entrer, d’arriver jusqu’à l’Autel & d’y placer mon dépôt. Pour combiner plus surement ma démarche, j’allai plusieurs fois de loin en loin examiner l’état ces choses & la disposition du Chœur & de ses avenues ; car ce que j’avois a redouter c’étoit d’être retenu au passage, sur que des-lors mon projet étoit manque. Enfin mon manuscrit étant prêt je l’enveloppai, & j’y mis la suscription suivante.

DÉPÔT REMIS À LA PROVIDENCE.

"Protecteur des opprimes, Dieu de justice & de vérité, reçois ce dépôt que remet sur ton Autel & confie à ta providence un étranger infortune, seul sans appui sans défenseur sur la terre, outrage, moque, diffame, trahi de toute une génération, charge