Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


personnes les mieux instruites sont aussi celles qui savent le mieux quel est le prix de l’alliance de grace, & que la vie éternelle consiste à connoître le seul vrai Dieu, celui qu’il a envoyé Jésus-Christ, son fils, en qui a habité corporellement toute la plénitude de la Divinité, & qui nous a été donne pour sauveur, pour médiateur & pour jugé, afin que tous honorent le fils comme ils honorent le pere. Par cette raison, le terme de respect pour Jésus-Christ & pour l’Ecriture, nous paroissant de beaucoup trop foible, ou trop équivoque, pour exprimer la nature & l’étendue de nos sentimens à cet égard, nous disons que c’est avec foi, avec une vénération religieuse, avec une entiere soumission d’esprit & de cœur, qu’il faut écouter ce divin Maître & le Saint Esprit parlant dans les Ecritures. C’est ainsi qu’au lieu de nous appuyer sur la sagesse humaine, si foible & si bornée, nous sommes fondés sur la parole de Dieu, seule capable de nous rendre véritablement sages à salut, par la foi en Jésus-Christ : ce qui donne à notre religion un principe plus sur, plus relevé, & bien plus d’étendue, bien plus d’efficace ; en un mot, un tout autre caractere que celui sous lequel on s’est plû à la dépeindre.

Tels sont les sentimens unanimes de cette Compagnie qu’elle se sera un devoir de manifester & de soutenir en toute occasion, comme il convient à de fidelles serviteurs Jésus-Christ. Ce sont aussi les sentimens des Ministres de cette Eglise qui n’ont pas encore cure d’ames, lesquels étant informes du contenu de la présente déclaration, ont tous demandé d’y être compris. Nous ne craignons pas non plus d’assurer que c’est le sentiment général de notre Eglise ; ce qui a bien