Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tes armes n’avoient pu dompter mon cœur rebelle,
Tu l’as soumis par tes bienfaits.
Sois sur, dès cet instant, que tu n’auras jamais
D’ami plus empressé, de sujet plus fidele.


Colomb.


Je te veux pour ami, sois sujet d’Isabelle.
Vante-nous désormais ton éclat prétendu,
Europe, en ce climat sauvage,
On éprouve autant de courage,
On y trouvé plus de vertu.
Ô vous, que des deux bouts du monde,
Le destin rassemblé en ces lieux,
Venez, peuples divers, former d’aimables jeux !
Qu’a vos concerts l’écho réponde :
Enchantez les cœurs & les jeux.
Jamais une plus digne fête
N’attira vos regards.
Nos jeux sont les enfans des arts,
Et le monde en est la conquête.
Hâtez-vous, accourez, venez de toutes parts,
Ô vous, que des deux bouts du monde,
Le destin rassemblé en ces lieux,
Venez former d’aimables jeux.