Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


prétendu être ici un panégyriste, mais simplement un homme sensible & reconnoissant, qui s’amuse à décrire ses plaisirs.

On ne manquera pas de s’écrier : un malade faire des vers ! un homme à deux doigts du tombeau ! C’est précisément pour cela que j’ai fait des vers. Si je me portois moins mal, je me croirois comptable de mes occupations au bien de la société ; l’état où je suis ne me permet de travailler qu’à ma propre satisfaction. Combien de gens qui regorgent de biens & de santé ne passent pas autrement leur vie entiere ? II faudroit aussi savoir si ceux qui me feront ce reproche sont disposés à m’employer à quelque chose de mieux.