Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/519

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour vous nommer l’espece de plante que j’y connois, & pour y rapporter celle que vous pouvez me faire connoître. Si par hasard, Madame la duchesse, vous aviez aussi le Species plantarum ou le Pinax, ce point de réunion nous seroit très-commode pour nous entendre, sans quoi je ne sais pas trop comment nous serons.

J’avois écrit à Mylord Maréchal deux jours avant de recevoir la lettre dont vous m’avez honoré. Je lui en écrirai bientôt une autre pour m’acquitter de votre commission, & pour lui demander ses félicitations sur l’avantage que son nom m’a procuré près de vous. J’ai renoncé à tout commerce de lettres hors avec lui seul & un autre ami. Vous serez la troisieme, Madame la duchesse, & vous me ferez chérir toujours plus la botanique à qui je dois cet honneur. Passé cela la porte est fermée aux correspondances. Je deviens de jour en jour plus paresseux ; il m’en coûte beaucoup d’écrire à cause de mes incommodités, & content d’un si bon choix je m’y borne, bien sûr que si je l’étendois davantage, le même bonheur ne m’y suivroit pas.

Je vous supplie, Madame la duchesse, d’agréer mon profond respect.