Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t13.djvu/530

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


P.S. J’avois dit au jardinier de M. Davenport que je lui montrerois les rochers où croissoit le petit Adiantum, pour que vous pussiez, Madame, en emporter des plantes. Je ne me pardonne point de l’avoir oublié. Ces rochers sont au midi de la maison & regardent le nord. Il est très-aisé d’en déctacher des plantes, parce qu’il y en a qui croissent sur des racines d’arbres.

Le long retard, Madame, du départ de cette lettre, causé par des difficultés qui tiennent à ma situation, me met à portée de rectifier avant qu’elle parte ma balourdise sur la plante ci-jointe N ?. 1. Car ayant dans l’intervalle reçu mes livres de botanique, j’y ai trouvé à l’aide des figures, que Michelius avoir fait un genre de cette plante sous le nom de Linocarpon, & que Linnaeus l’avoit mite parmi les especes du lin. Elle est aussi dans le Synopsis sous le nom de Radiola, j’en aurois trouvé la figure dans le Flora Britannica que j’avois avec moi, mais précisément la planche 15, où est cette figure, se trouve omise dans mon exemplaire & n’est que dans le Synopsis que je n’avoir pas. Ce long verbiage a pour but, Madame la duchesse, de vous expliquer comment ma bévue tient à mon ignorance à la vérité, mais non pas ma négligence. Je n’en mettrai jamais dans la correspondance que vous me permettez d’avoir avec vous, ni dans mes efforts pour mériter un titre dont je m’honore ; mais tant que dureront les incommodités de ma position présente, l’exactitude de mes lettres en souffrira, & je prends le parti de fermer celle-ci sans être sût encore du jour où je la pourrai faire partir.